Photos


Retrouvez les différentes photos de nos membres dans cette section.

 

Les images de Patrick

Les images de Michel M

Les images d’Arnaud

 

Pourquoi l’astrophotographie ?

C’est une évidence, regarder un objet stellaire sur une photo tenue entre les doigts ou sur un écran vidéo, ne procure pas l’émotion ressentie lors d’observations directes, avec l’œil « collé » à l’oculaire d’un télescope.

Tout astronome amateur conserve un fort souvenir de ses premières observations des lumières de Saturne avec ses anneaux, de Jupiter avec ses satellites, de la lune et ses cratères …

  • Mais la vision humaine a ses limites (faible sensibilité de la rétine), elle dépend de la quantité de particules de lumière « Photons » reçues. Parmi les objets du ciel profond, la galaxie d’Andromède située à 2,6 millions d’années-lumière de la Terre est l’objet le plus éloigné visible à l’œil nu.

  • Objets stellaires qui émettent dans des longueurs d’ondes hors du spectre visible par l’œil (Ultra-violet et Infra-rouge).

                                                    Credit : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:EM_spectrumrevised_fr.png

 

  • L’atmosphère terrestre dégrade l’image observée :


Chromatisme :
Effet prisme de l’atmosphère.

Turbulence : Flou dû à des phénomènes atmosphériques, elle est caractérisée par le « Seeing ou paramètre de Fried ».

Le Seeing : Paramètre exprimé en arcseconde qualifiant la qualité du ciel.

 

 

  • Le télescope a lui-même ses limites : grossissement, magnitude stellaire limite, résolution…

 

L’astrophotographie permet de dépasser ces limites :

  • Les caméras CCD et CMOS sont très sensibles.

  • Leurs vitesses d’acquisition (pose de 32-64 µ seconde) permettent de figer la turbulence pour le planétaire.
    Une photo finale réalisée par empilage de photos à très courtes poses est équivalente à la somme des temps de pose unitaires (Planétaire).

  • De même pour le ciel profond, l’empilage de longues poses permet de simuler une pose de plusieurs heures.

  • Les caméras ou un APN défiltré imagent dans l’infra-rouge et l’Ultra-Violet.

  • Des dispositifs optiques « ADC » (Atmosphérique Dispersion Correcteur) permettent de générer un contre chromatisme annulant celui de l’atmsphère.

                                                                                                                                                Credit : Pierro Astro
  • L’astrophotographie donne accès aux objets inaccessibles en visuel, trop éloignés ou à émissions sur des bandes de longueurs d’ondes hors du spectre visible.

  • L’astrophotographie est possible en milieux urbains grâce à l’utilisation de filtres spéciaux bloquant la pollution lumineuse.

  • . . .

 

Comparée à l’époque révolue de l’argentique, pratiquer l’astrophotographie est aujourd’hui plus facile, mais nécessite cependant une approche graduelle : un apprentissage progressif, débuter avec des équipements simples que l’on fait évoluer au fil du temps et bien-sûr profiter des conseils des astro-photographes confirmés du club.

L’astrophotographie nécessite également une phase de traitement des images sur ordinateur.

Des logiciels en versions gratuites ou payantes sont spécifiques pour le planétaire et le ciel profond.

D’un accès plutôt facile pour le planétaire, il faudra en revanche investir un peu de temps pour maitriser le traitement plus exigeant du ciel profond.

 Ci-contre : le logiciel PixInsight 1.8

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              Crédit : Patrick L

Une configuration sophistiquée et mal utilisée donnera de mauvais résultats pouvant vous décourager.
La voute céleste offre des cibles faciles pour débuter ne serait-ce qu’avec un pied photo et un APN que l’on possède déjà : La voie Lactée, un filé d’étoiles artistique sur un fond de paysage, la lune …

 

Au sortir de l’argentique, les astrophotographes amateurs utilisaient la populaire Webcam Philips spc900 avec de bons résultats (30€ en occasion

aujourd’hui). Une bague est disponible chez les fournisseurs « Astro » pour l’interfacer avec les télescopes.Des tutoriels sur le web expliquent aussi comment la modifier pour faire de la pose longue en imagerie du ciel Profond.

Des caméras planétaires comme la ZWO ASI120 MC-S sont abordables (moins de 150€ en occasion) et réutilisables pour le guidage lorsque vous aborderez le ciel profond.

 

 

Pour débuter en astrophotographie avec le cercle « Astraunis » :
Surveillez les agendas, 1 à 2 séances de « Pleine Lune »  dédiées à l’Astrophotographie  seront programmées :

– Présentation générale.
– Les équipements.
– Les bases de la technique photo Astro.

Bon ciel à Tous.
Patrick  L