Pierre Simon De Laplace


pierre simon de laplace

Interview du Samedi 21 Janvier 2012 sur les ondes de radio Collège 95.9 entre Christian Menon, Journaliste à Radio Collège et Michel Paquet,

Astronome amateur.

 

Christian Menon (CM) :
Aujourd’hui Michel Paquet Astronome amateur va nous parler du mathématicien, physicien et Astronome Français du XVIII ème siècle  qui se nomme Pierre Simon De Laplace.

Michel Paquet (MP) :
Oui, ce mathématicien, physicien et astronome du XVIIIième siècle qu’était  Pierre Simon de Laplace, je l’ai choisi pour vous en parler ce matin parce qu’il a eu à mes yeux un parcours très atypique.
Né le 23 Mars 1749 à Beaumont en Auge ( Normandie) fils d’un ouvrier agricole, doit son éducation à quelques riches  voisins notables de la région qui avaient proposés de lui offrir la possibilité de s’instruire en allant à l’école, compte tenu de ses capacités, sa curiosité  et des questions pertinentes qu’il posait pour son âge.
Il va très vite se révéler un élève brillant et dépasser les modestes espérances de ses protecteurs.

Admis aux grandes écoles de son époque :

  • École royale militaire
  • Université de Caen où il va montrer des dispositions pour les sciences physiques et mathématiques.

CM :
Et alors avec ce brillant cursus que va devenir Pierre Simon De Laplace ?

MP :
Sortant diplômé de la fac  de Caen, il va avoir la chance d’être recommandé au mathématicien  d’Alembert.
Le premier contact sera difficile, mais très vite Laplace va gagner la confiance de d’Alembert qui va lui obtenir un poste d’enseignant en mathématiques à l’école militaire. Poste qui va lui  laisser beaucoup de temps pour orienter ses recherches en mathématiques avec comme support une discipline en plein essor qu’est  l’Astronomie.

CM :
Que va-t-il apporter de nouveau sur les connaissances du moment dans ce domaine spécifique qu’est l’Astronomie ?

MP :
Il va y avoir une première phase de 1771 à 1787 durant cette période, il va s’attacher au mouvement planétaire, l’excentricité  orbitale, de même que  l’inclinaison des orbites.
Parallèlement à  l’astronomie  il mène d’autres travaux dans différents domaines spécifiques avec Lavoisier sur la calorimétrie, la théorie des probabilités.
Il va aussi publier des articles sur les équations différentielles, le calcul intégral et bien d’autres choses.

CM :
C’en est fini de ses recherches sur l’astronomie ?

MP :
Pas du tout ! en  1799 -1802 – 1805 et 1825 il va publier son traité de mécanique céleste en 5 volumes. Cet ouvrage majeur a transformé l’approche géométrique de la mécanique développée par Newton en une approche fondée sur l’analyse mathématique.
Napoléon Bonaparte  parcourra ses différents volumes, et au cours d’une rencontre avec Pierre Simon, il lui reprocha de ne pas avoir mentionné une seule fois le  Grand Architecte dans son ouvrage sur la mécanique céleste. Pierre Simon De Laplace lui répondit:  »  Sire, je n’ai eu nul besoin de cette hypothèse !  »
Depuis science et religion n’ont cessé de s’éloigner l’une de l’autre. La science venait de prendre son indépendance, dans la construction du savoir, Dieu n’était plus indispensable.

CM :
En aparté tout à l’heure vous me disiez que Pierre Simon De Laplace était le premier  » astrophysicien  » à avoir envisagé l’existence des trous noirs.  Au 18ème  siècle cela semble inconcevable ?

MP :
Oui , Pierre Simon de Laplace montre qu’il pourrait y avoir des étoiles si massives , dotées d’une immense gravité qui ferait que la lumière elle-même n’aurait pas une vitesse suffisante pour sortir de leur intérieur .
En fait, Laplace au 18ème siècle conjecture le concept des trous noirs.
Il va aussi,  jusqu’à subodorer que certaines nébuleuses ne font pas partie de notre voie lactée et qu’elles sont elles-mêmes des galaxies.
Ce qui veut dire qu’il anticipe les découvertes d’Edwin Hubble sur le mouvement des galaxies qui arriveront 137 ans plus tard en 1924.

CM :
En dehors des sciences  a-t-il laissé quelques traces sur sa vie publique ou politique ?

MP :
En cette époque trouble de la révolution, du Bonapartisme et du retour de la restauration sous Louis XVIII  il saura être très opportuniste.
Combattant la dictature, fervent républicain il se ralliera au consulat  deviendra ministre de l’intérieur nommé par Napoléon, sera très vite remercié et plus tard se tournera vers Louis XVIII qui le fera pair de France puis Marquis.

Ce fut un grand intellectuel complet.
À la différence de beaucoup de mathématiciens Laplace ne donnera pas aux mathématiques un statut particulier. Non pour lui c’est un outil indispensable pour la recherche scientifique.

Ce scientifique exceptionnel, qui en son temps reçu tous les honneurs et distinctions de son époque,
Il faut noter qu’à l’âge de 36 ans il fut élu à l’Académie des Sciences, et en 1816 à l’Académie Française.
En 1791 Il  participa à l’élaboration  de L’École Normale et en 1816 il présida la commission chargée de réorganiser l’École Polytechnique.
Cependant comme tout homme il  n’était pas exempt de tous reproches. Il était considéré comme présomptueux et égoïste dans le domaine des mathématiques, mais il n’en a pas moins des convictions philosophiques.
De tout temps les polémiques ont été mode, personnellement je pense que comme tout homme Pierre-Simon n’était pas parfait, mais pour sa décharge il fout conserver en mémoire son origine…..
Pour terminer sur ce grand homme de science, je vais vous lire ce magnifique texte qu’il écrira sur l’astronomie et que voici.

L’astronomie, par la dignité de son objet et par la perfection de ses théories, est le plus beau monument de l’esprit humain, le titre le plus noble de son intelligence.
L’astronomie :
Est utile, parce qu’elle nous élève au dessus de nous-mêmes.
Elle est utile, parce qu’elle est grande.
Elle est utile, parce qu’elle est belle.

Documentation Michel Paquet – Janvier 2012

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.